Quel jour on est ?

Il y a beaucoup de choses que l’on ignore lorsque l’on arrête de travailler après quarante ans et plus d’habitudes invisibles, j’éviterais pudiquement l’incontournable « métro-boulot-dodo » parmi lesdites habitudes… tellement visibles et parfois cocasses et photogéniques. Non, parmi les trucs inconscients d’une longue vie de travail rythmée par les jours « ouvrés » et les week-ends, les vacances à durée variable, les soirées plus ou moins courtes selon l’heure à laquelle je mettais enfin la clef dans la porte….. il y a le TEMPS et ce que j’en faisais.

IMG_2777

Depuis presque trois mois que je ne cours plus de chez moi à 7H45 vers la ligne 5 direction Austerlitz, puis nouveau petit sprint et descente en profondeur jusqu’au guichet du RER C, direction Issy Val  de Seine et dernier sprint pour « avoir » le 189 jusqu’au pied de la « tour TF1 », et dans le sens inverse le soir…  Combien de matins, j’ai regardé le RER repartir vers Paris en  rêvant de monter dedans au lieu d’aller au bureau. Je savoure petit à petit ce temps que je n’avais pas ou que j’utilisais autrement. Comme vous, bureau, enfants, mari, dîner du lundi au vendredi, maison, famille, marché, amis et sieste samedi et dimanche. Je ne me souviens même plus du temps, lui encore, où j’avais encore une voiture et pouvais échanger mon cours de gym de l’heure du déjeuner contre un « poussé de caddie en serrant fort mes abdos » au super Auchan d’Issy les Moulineaux…. ensuite livraison par mes soins désolés Madame mais le 7ème n’est pas couvert par notre magasin. Il faut que vous alliez à celui de la Défense !. C’est ça ducon !   Donc, je le soir venu, j’arrivais au parking et sortais, tous biceps dehors, mes gros sacs bien garnis de yaourts, bouteilles d’eau et autres denrées indispensables. Ensuite heureusement, j’ai découvert (il était temps!) Télémarket….

Bref tout ça c’était avant le grand changement. Avant le passage du platine à l’acier, de la rive gauche au petit génie de la Bastille…. et avant que je me dise que finalement j’en avais assez de ces figures imposées depuis trop longtemps. Que je me dise que j’avais envie de prendre le temps, mon temps enfin… pour moi, à mon rythme. Alors bien sûr, et tant mieux, il y a toujours les enfants et un gentil mari dans mon paysage mais je ne les vois plus pareil. Marianne et Jeanne sont grandes même si je ne m’en rends pas toujours compte ou fait comme si elles avaient encore besoin de moi. Elles vivent leur vie, un eà la maison et l’autre chez elle, entre études, copains, copines et amoureux. Mon mari vit sa vie entre piscine, tennis et copains… Enfin j’exagère, il nous arrive de partir déjeuner et nous faire un ciné, si possible pas le mercredi…. et on se retrouve dans une salle principalement peuplée de gens comme nous, aux tempes plus grises et au temps plus libre.

DSC00419
Jeanne et Marianne et les petits chats

Tout ça me va parfaitement bien. A moi maintenant de me construire cette jolie petite vie plus lente…. Pas facile pour quelqu’un qui a toujours couru dans tous les sens, mangé trop vite, parlé trop vite, jugé trop vite….. tout trop vite. « J’ai cru que je devenais folle, j’ai cru que je perdais la tête.Je me suis tellement manquée, je me suis tellement fait de mal. J’ignorais tout des gens, ça me paraissait normal.  J’métais tellement trahie, j’avais rendu les armes et j’ai tout démoli à cause d’une petite larme »…comme le chante Véronique Sanson..Je me suis tellement blessée, je me suis tellement maudite. Je me sentais ignorée, ignorée et petite. Je m’étais tellement perdue dans une flamme allumée, j’ai une longueur d’avance sur toute l’éternité….(…/…) Je me suis tellement volée. Je me suis tellement fait peur, ca me fait rire qu’à moitié, ça me fait rire en silence. S’il me reste un sanglot, un p’tite lampe allumée, quand même, j’les offrirai aux autres. Je me suis pardonnée ». Presque.

veronique-sanson-suis-manque
Véronique Sanson que j’aime depuis que j’ai 16 ans

Et me voilà, à J-4 de la retraite….  je commence seulement à savourer ce temps, tellement que j’en oublie les jours…. Ce matin, en rentrant de chez Go Sport où j’ai acheté une paire de chaussures de randonnée pour Jeanne en prévision de notre périple en Islande, j’ai voulu faire d’une pierre deux coups (chassez le naturel !) et je suis sortie à Bréguet Sabin pour passer commander une pintade et des oeufs au marché…. En sortant de la bouche de métro : pas de marché ! Merde on est vendredi ! Et voilà, comment j’ai réalisé que j’étais enfin sortie du monde du travail pour entrer dans le monde, toujours actif (je le revendique) des très grandes vacances.

IMG_3651
Le marché Richard Lenoir se tient le jeudi et le dimanche.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Commencez votre blog avec WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :