Les soldes ou la Gay Pride ?

Deuxième samedi et déjà deuxième démarque…. Tentant non ? Non, moi tout ce dont j’avais besoin c’était d’un réveil. Après une nuit difficile sur laquelle je m’étendrai brièvement : grosse fête organisée par une boîte de relations presse dans l’immeuble voisin. Des enceintes grosses comme des camions de déménagement sur une terrasse et des centaines d’invités avinés.  Bref loin de la douce nuit, sainte nuit…. Alors un réveil s’imposait.

Après une sieste pas volée. J’attrape mon appareil photo, le tout petit Pana avec le 35mm, mon tout petit sac à dos et avec mon mari (pas tout petit) sous le bras, nous partons vers la rue Saint Paul. Gay Pride oblige, pas une voiture à l’horizon à part quelques fourgons de la police. Place de la Bastille, les pavés vibrent déjà au rythme de la musique…. encore épars, des garçons, des filles, des familles, des vieux, des gamins s’interpellent, dansent, s’asseyent par terre. Les habituels marchands proposent les produits dérivés du drapeau de Gilbert Baker…. les plus grands peuvent faire poncho en cas d’ondée…

Une heure plus tard, je reviens de Saint Paul un joli réveil Jaz trouvé chez un broc et deux sauces barbecue (pourquoi deux ?) achetées chez  chez Thanksgiving…. et finalement je reste à la Bastille où tous les « marcheurs des fiertés » sont enfin arrivés. Les pavés vibrent plus fort. Je me faufile et je fais des photos : des garçons, des filles, des gamines, des gamins, des trans, un monde fou et joyeux…. on danse, on crie, on lève le poing. L’ambiance est « bon enfant » comme nous le disait soulagé un policier à l’un des barrages. C’est vrai que ça le change des manifs’ anti loi travail.

Tout le monde se parle. Je me glisse entre les groupes et les couples. Du verre cassé, des canettes écrasées…. heureusement j’ai des Bensimon pas des Louboutin. On me demande si je suis journaliste… c’est flatteur mais non. Et ma photo, tu vas en faire quoi ? Si tu les mets sur Facebook pas de face s’il te plaît. Promis. Tu me les montres ? Wouah, elles sont chouettes ! La pluie nous tombe brutalement dessus. Deux jolies blondes m’accueillent sous leur parapluie. Les nuages dégagent, je remercie mes hôtesses pour leur hospitalité et continue mon « safari »…. Jusqu’à ce qu’un vilain petit symbole m’oblige à quitter la fête : no battery. Je ne vais tout de même pas finir la soirée avec un Iphone !

En les remerciant infiniment pour leur gentillesse et leur humour, je publie une poignée de photos discrètes. Merci à vous et j’espère à l’année prochaine, rendez-vous en bas de la maison.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Commencez votre blog avec WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :