Ca rigole en cuisine… la dolce vita

Je ne sais pas si je vous l’ai dit mais ma fille Marianne, la grande, après quelques années (finalement pas perdues pour tout le monde) à suivre (le verbe suivre est parfait mais poursuivre serait peut-être mieux….) bref, des études dans un domaine qui lui plaisait en se bouchant son joli nez…. bref, bref, après avoir eu envie de devenir tatoueuse (et pourquoi pas ?), Marianne a trouvé sa via… Veneto ou Appia.

A 24 ans ma fille aime son travail et comme je la comprends. A chaque fois que je vais chez East Mamma, je l’observe et toute fière, je vois qu’elle est heureuse. Quelle chance elle a, non ce n’est pas de la chance de ne pas traîner les pieds pour aller bosser. Un plaisir pareil ça se travaille justement, ça se cultive en groupe et l’ambiance qui règne ne trompe pas.

C’est quoi East Mamma ? Un restaurant italien… encore un ? Non ça n’a rien à voir avec les autres et ce n’est pas moi qui pourrait raconter la genèse de cette belle histoire d’amour franco-italienne. Une romance goûtée par les clients, préparée avec amour par les cuisiniers et servie avec le sourire et savoir faire…. Un plaisir se mérite – et oui, il faut faire la queue comme chez le boulanger le dimanche vers 11 heures du matin pour avoir une jolie baguette encore chaude et qui sera à moitié mangée avant d’arriver à la maison….. je m’égare comme d’habitude. Ca se bouscule rue du Faubourg Saint Antoine,  midi et soir pour gagner sa place en terrasse, une table en salle ou un joli bout de comptoir. Le comptoir merveilleux observatoire et inhalateur de délicieux parfums.

Après un an de succès, enfin un peu plus, ils ont eu la joyeuse idée de publier un recueil (480 pages quand même !) des recettes servies dans leurs restaurants (il y en a trois…. pour le moment). Mais cette fois ci c’est à nous de passer en cuisine et d’enfiler les tabliers. Moi qui collectionne les livres de cuisine comme d’autres les timbres, c’est la première fois que j’ai autant ri.

Décomplexé, joyeux, documenté, astucieux, plus de 140 recettes des entrées aux cocktails, choisir son vin, acheter son poivre ou faire ou ne pas faire ses pâtes, en passant par les pizzas, la pasta, bruschetta, tiramisu et ses cousins, et tutti quanti. Je n’ai pas encore mis la main à la pâte, mais ça m’a mis les papilles en émoi, mon panier frétille déjà, mes casseroles s’impatientent, ma cuiller en bois fait des bonds. Et mon coeur de mère aussi : Marianne est en photo à la page « bresaola »…

img_2314
Marianne

De l’humour et de l’amour, les ingrédients numéro un de la bonne cuisine. Alors qu’est-ce qu’on attend pour être heureux ?

 

 

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Commencez votre blog avec WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :