Un fauteuil par bus, pas plus !

4176918800_76afb8cf56_zVendredi 17 heures, nous montons dans le 91 numéro 4583, bus double à soufflet, à Bastille, terminus, direction  Montparnasse, Place du 18 Juin 40. Belle lumière de fin d’après-midi, peu d’usagers même si ce « bus dessert trois gares : Lyon, Austerlitz et Montparnasse ».  Habituellement bondé dès la Gare de Lyon, nous poursuivons notre trajet gentiment jusqu’à Berthollet et, là, c’est le drame !

Comme il est d’usage dans ces circonstances, la porte s’ouvre et la pente douce prévue à cet effet s’abaisse pour permettre l’accès aux fauteuils roulants…. En employant le pluriel, vous ne le savez pas encore, mais là je me plante grave !

unknown-1Deux hommes en fauteuil se succèdent, l’un seul, l’autre accompagné d’une jolie jeune femme brune. La porte à peine franchie « Mesdames, messieurs, le règlement prévoit un fauteuil par bus, pas plus ! » Tout le monde se regarde. Les langues se délient. Les fauteuils ne bougent pas. « Un fauteuil par bus. Il y en a un qui doit descendre. »  Indignation générale. La chauffeuse, car c’est une dame, aboie sans concession. « On verrait bien si vous étiez à leur place ! » crie un jeune homme. « C’est le règlement, si je ne respecte pas je serai sanctionnée. C’est un problème de sécurité ! »  Cinq minutes passent.  « Je vous préviens, je n’avancerai pas tant qu’il y aura deux fauteuils dans ce bus ! » On comprend bien mais « et quand il y a des poussettes » « les parents les surveillent » !!! On voit bien qu’elle monte rarement dans un bus ailleurs que derrière le volant. Près de 10 minutes plus tard « je vais fermer les portes du bus pour dégager le carrefour mais je ne bougerai pas tant qu’il y aura deux fauteuils ». Nous avançons de quelques mètres pour fluidifier la circulation. A l’intérieur, la situation ne bouge pas d’un millimètre. « Vous avez vu le froid et vous trouvez normal de laisser une personne en fauteuil dehors à cause du règlement ! »

unknownAucune compassion, ni gentillesse, ni ton compréhensif de la part de la conductrice. Des aboiements, des ordres, des menaces, elle se déplace jusqu’à la porte « réservée aux handicapés » pour bien montrer qu’elle est maître à bord.

Dix minutes plus tard, le jeune homme seul fait marche arrière à bord de son fauteuil et sort sous nos regards gênés et scandalisés. Le prochain 91 arrive dans cinq minutes… Pourvu que l’espace réservé ne soit pas déjà occupé !

 

 

Publicités

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Commencez votre blog avec WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :