Twenty five…. Oh les beaux jours !

Aujourd’hui ma petite fille a 25 ans. 22 Septembre 1992 dans ton berceau en plexiglas, tu me regardes avec tes beaux yeux bleus. Premier tête à tête dans la salle d’accouchement. Vingt deux bébés arrivés le 21 occupent toutes les chambres. Je te découvre après t’avoir rêvée et tu me plais beaucoup déjà.

16 janvier 1992… je sais c’est bizarre de parler de ton anniversaire en commençant par le mien…. mais c’est comme ça. 16 janvier 1992, sept heures du matin à Londres. De la fenêtre de ma chambre je regarde le square encore dans le noir. Je suis contente, il y a des soldes chez Harrods, j’ai visionné un documentaire époustouflant sur la Reine et je crois bien que je suis enceinte. Quelle belle journée, quelle belle année. Quelques semaines passent, Elizabeth II fait un carton d’audience et le Docteur Rambaud me présente mon bébé : ma petite fille. Ce soir d’avril nous allons dîner dans un bon restaurant italien de la rue du Champ de Mars et ton futur papa appelle ton futur grand frère pour lui annoncer la nouvelle.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

22 septembre 1992, tôt très tôt le matin, tu t’annonces très doucement. Béatrice Hachette ma sage femme nous attend déjà à Sainte Félicité (je me doutais que ce serait maintenant), le Docteur Sarrot est un peu en retard mais nous patientons gaiement. Si, si, vraiment, on rigole. Les prénoms : Marianne, ça fait très longtemps que je l’ai choisi avec ton papa, Jeanne (celui de ma grand-mère), Mae (celui de ta grand-mère) et Caroline (une amie que j’ai beaucoup aimée). Tu arrives comme une fleur, une rose  pompom…. les yeux bleus écarquillés. Béatrice t’enveloppe dans un champ stérile et te dépose dans les bras de ton père « c’est à vous ». Ta vie commence à l’aube, l’orage gronde et les petites soeurs de Sainte Félicité sonnent les cloches pour ta naissance.

 

 

Et voilà c’est parti. Je ne vais pas te raconter ta vie. Tu la connais mieux que moi. Ce quart de siècle t’impressionne, je comprends. Et moi donc ? Pendant 25 ans, nous avons eu des lieux communs, de grandes scènes d’amour, des petites tragédies pas très grecques, des bons mots et des gros, des maux, des hauts et des bas, des absences, des ruptures, des calins, des disputes, la vie de famille en somme.

 

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Toute petite déjà on sent l’épicurienne. Pas de petits pots, tu dis oui au reblochon, au jambon, au champagne, aux plats sophistiqués du restaurant du Jeu de Paume au Lavancher. Pas de menu enfant pour ma petite blonde… mais si on peut éviter le poisson, c’est mieux. Tu découvres la télé alors que tu têtes encore ta mère…. on voit ce que ça donne aujourd’hui !  Tu parles à tout le monde. Tu charmes. Tu fais ausi bien le pitre que…. la tête. You’re beautiful !

 

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

En maternelle, tu fais l’école buissonnière. Petite fille rêveuse et artiste, tu dessines dans les marges de tes cahiers…. je serai styliste. Au collège, tu imites ma signature. Punie, tu récidives. Dialogue de sourdes, tu ne parles pas, tu n’expliques pas. Dur dur d’élever un sphynx ! Tu me fais aimer Britney Spears, Notre Dame de Paris, Harry Potter, les Sims (ta deuxième famille). Tu me trouves ridicule quand je danse sur Alexandrie Alexandra. Je pleure quand tu pars en Classe verte et perds ta première dent.

 

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

En 1997, ton statut d’enfant unique bascule… Jeanne déboule. Une révolution parfois joyeuse, parfois houleuse… Je plaide coupable si votre relation de soeurs n’est pas idyllique. 20 ans plus tard, plus mûre, plus sûre de toi, plus expérimentée… je respire. Mon coeur est tout content quand je vous vois toutes les deux, deux soeurs.

 

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Je suis tellement fière de toi ma Pompom. Quand je pense à mon impatience devant tes mauvaises notes, à  tout ce que je prenais pour du je m’en foutisme… j’ai envie de me cacher sous ma couette, couverte de honte. Shame, shame, shame….. shame on me

Marianne… So long Marianne. Que Marianne était jolie…. A peine née, déja chantée, célèbre. Un prénom décidé, doux aussi, un prénom d’héroïne. Marianne Faithful, la République, Marianne de ma jeunesse…. mais pour moi, la seule, l’unique c’est toi avec en fond la voix rauque de Leonard.

25 ans seulement, mais si seulement, et une vie bien remplie. Patch et poupou toujours fidèles, un amoureux, un chat, un nouveau restaurant… une tête bien faite dedans comme dehors. Ce quart de siècle me file un coup mais c’est ta vie que je vois… alors comme quelques photos valent mieux qu’un long discours let’s go.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

 

Je ne sais pas à partir de quel âge, on parle de printemps pour les années qui passent. 25 printemps sonnent bien. Ta vie, jolie, pas facile tous les jours, incertaine certainement, à faire, à savourer, à vivre surtout, c’est toi qui en as les clefs maintenant. Ne t’en fais pas, si tu les oublies, si tu les perds…. J’ai toujours un double.

Bon anniversaire ma Pompom !

 

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Commencez votre blog avec WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :